Film gratuit avec Eric notre producteur de bœuf

Eric Morin, notre producteur de viande bovine nous fait le plaisir de nous rejoindre pour la projection du film “Faut-il arrêter de manger des animaux ?” jeudi 17/10. Eric participera au débat qui suivra la projection en témoignant de son expérience. Il répondra à nos questions avec François Galais de la confédération paysanne.

Faut-il manger des animaux ? - le film

Pommes/Poires : Contrat, Portes ouvertes, et Info. producteur

Bonjour,

Tout d’abord nous confirmons les dates de rencontre sur l’exploitation : les samedis 21 et 28 septembre 2019 de 8h30 à 12h30.

Voici le lien Doodle pour les inscriptions : https://doodle.com/poll/3ttppyfzurcgf5kk

Nous espérons vous y trouver nombreux !

La belle saison de fruits rouges laisse place à celle, nettement moins belle, des pommes et des poires.

L’épisode de gel de la mi-avril en est la cause principale. Ce sont ajoutés des dégâts provoqués par les anthonomes (du poirier et du pommier) et l’hoplocampe du poirier.

Nous reviendrons plus longuement sur ces nuisibles dans une prochaine communication.

Le gel a provoqué des pertes dans trois vergers :

–          Le grand verger de pommiers situé au lieu-dit Les Bergeries (gelé à 50%),

–          Le verger du lieu-dit Les Flambertins situé à 1 km du précédent où sont plantés 40 ares de pommiers (gelés à 100%) et 1.5 ha de poiriers (gelés à 80-90%),

–          Clos René (1 ha de poiriers gelés à 30%).

L’anthonome du pommier a fait des dégâts dans le verger des Bergeries, l’anthonome du poirier dans celui des Flambertins.

Sans le gel les dégâts provoqués par ces anthonomes, bien que réels, n’étaient pas de nature à compromettre la récolte.

C’est dans le verger baptisé Gros Chêne que l’hoplocampe du poirier a sévi. C’est un verger de poiriers de 1.2 ha et nous estimons les pertes à 90%.

C’est la première fois que nous sommes confrontés à ce nuisible depuis que notre conversion à l’agriculture biologique.

Un seul moyen de lutte en bio : poser au tout début de la floraison des plaques blanches collantes permettant la capture des adultes.

La récolte des poires est en cours, celle des pommes devrait débuter vers le 5 septembre.

Les estimations « fruits sur les arbres » que nous avons effectuées donnent les résultats suivants :

–          Pommes             45 à 50 tonnes,

–          Poires                  20 à 25 tonnes.

Nous vous proposons de vous communiquer le calendrier des distributions la semaine du 16 septembre (semaine 38), cela nous permettra d’avoir une estimation plus précise des quantités de fruits.

A cette date nous aurons terminé la récolte des poires ainsi que certaines variétés de pommes (Elstar, Gala, , Reine des reinettes, Rubinette).

Afin de respecter le délai nécessaire à la mise en place des contrats (3 semaines), les premières distributions se dérouleront la semaine du 14 octobre (semaine 42).

Lorsque les récoltes sont faibles nous donnons la priorité aux partenariats AMAP et à la vente à la ferme.

Pour cette campagne, nous ne serons pas en capacité de fournir des pommes et des poires à la coopérative bio d’Ile-de-France.

Sur la base des estimations de ce jour, nous pouvons espérer :

–          6 à 7 distributions pour les contrats à distributions bihebdomadaires,

–          3 à 4 distributions pour les contrats à distributions mensuelles.

Ce gel a touché de très nombreux paysans arboriculteurs et c’est sans difficulté qu’une procédure Calamités Agricoles a été activée.

Pour le département des Yvelines, une mission d’enquête a eu lieu le jeudi 8 août afin de constater les conséquences du gel. Nos vergers des Bergeries et des Flambertins ont ainsi été visités.

Dès que l’arrêté de Calamités Agricoles sera affiché en mairie nous remplirons un dossier de demande d’indemnisation. Cela ne vaut pas automatiquement versement d’une indemnité.

Pour percevoir une indemnité il faut que le rendement soit en-dessous du barème.

Dans le barème, pour un verger de pommiers bio, une récolte est déclarée normale à 10,25 tonnes/ha. C’est une aberration car la réalité est plutôt autour de 18-20 tonnes, soit près du double.

La surface de notre verger de pommiers en production est de 4,5 ha. Sur la base d’une récolte de 50 tonnes, le rendement est d’un peu plus de 11 tonnes/ha.

Pour les pommes nous ne devrions donc pas percevoir d’indemnité, comme lors du gel de 2017.

Courant septembre nous allons entreprendre des démarches pour faire évoluer le barème des pommes bio.

De la même façon, pour un verger de poiriers bio, une récolte est déclarée normale à 10,15 tonnes/ha ce qui est déjà plus proche de la réalité.

La surface de notre verger de poiriers en production est de 5,57 ha. Sur la base d’une récolte de 25 tonnes, le rendement est de 4,49 tonnes/ha.

Comme en 2017 nous devrions percevoir une indemnité. En 2017 nous avions été indemnisé à hauteur de 16 800€.

Dans notre simulation de trésorerie nous avons prévu une indemnité de 15 000€.

La MSA budgète chaque année une enveloppe pour soutenir des agriculteurs lors d’une campagne difficile.

Lors du gel de 2017 nous avions reçu une aide de 7 500€. Cette aide peut aller jusqu’à 15 000€.

Nous avons contacté la MSA fin juillet et nous devrions bénéficier de son soutien.

Dans notre simulation de trésorerie, nous avons considéré l’aide maximum de 15 000€.

Lors du gel de 2017, dans la recherche partagée d’une solution équitable, les amapiens nous avaient accompagnés par une augmentation de 2.50€ du prix du panier de 5 kg (3,5 kg pommes et 1,5 kg de poires) : 17,50€ au lieu de 15€.

Ce prix de 17,50€ était basé sur un kilo de pommes à 3.20€ (au lieu de 2.70€) et un kilo de poires à 4.20€ (au lieu de 3.70€).

La simulation de trésorerie que nous avons faite pour cette campagne 2019/2020 nous amène à proposer 19€ pour le prix du panier de 5kg.

Ce prix de 19€ est basé sur un kilo de pommes à 3.50€ et un kilo de poires à 4.50€.

À 19€ le panier de 5kg la simulation de trésorerie met en évidence un solde bancaire au 31 mai 2020 de -24 000€. A 17,50€ le solde bancaire serait de -41 000€.

Plusieurs différences par rapport à 2017  expliquent ce prix du panier dans un contexte équivalent :

–          Nous avons perçu en 2017 l’indemnité calamités agricoles de 2016 pour 11 718€,

–          Nous avons reçu en 2017 des aides du département (7 000€) et de la communauté urbaine (6 200€) en complément des calamités 2016,

–          En 2017 nous avons vendu notre camion pour 13 000€,

–          Début 2018 nous avons eu une rentrée exceptionnelle de 9 563€ suite à la dissolution de l’association Fermes Bio d’Ile-de-France.

L’aide que vous nous apporteriez par ce soutien « au prix du panier » nous permettrait de « limiter la casse » et d’aborder la campagne 2020 dans de pas trop mauvaises conditions compte-tenu de la situation.

Voilà, nous espérons avoir été clairs dans la présentation de la situation et attendons vos remarques/questions/propositions avec intérêt.

Nous vivons une série inédite de campagnes problématiques puisque les campagnes 2015, 2016, 2017 et 2019 débouchent sur l’activation de la procédure des Calamités Agricoles.

Des questions en découlent :

–          Quelle est la part du changement climatique dans cette série ?

–          Ce contexte difficile pour les paysans arboriculteurs va-t-il être un frein à l’installation de nouveaux porteurs de projet (trop risqué) ?

–          Même question pour la transmission des fermes arboricoles.

Une affirmation toutefois : sans les partenariats AMAP nous serions en très grande difficulté.

Nous vous remercions pour votre engagement et votre soutien.

Jean-Marc & Dominique

Contrat coquilles St Jacques

Un nouveau contrat est proposé :
Coquilles St Jacques par 5 kg pêchées au large de Honfleur.
Compte tenu de la distance de livraison une quantité minimum de 100 kilos commandés est nécessaire pour que se fasse une livraison. Le kilo de coquille st jacques est à 7 euros, non décortiquées. Soit 35 € par lot de 5 kg.
Chaque adhérent, adhérente ayant commandé devra se munir d’un contenant (seau, cuvette ou tout autre récipient adapté) qu’il, qu’elle apportera à chaque fois car les coquilles sont apportées en vrac et pesées sur place par la maréyeuse.
Vous pouvez trouver une présentation du collectif “La marée-rieuse” avec qui est passé le contrat en cliquant sur le lien suivant:


http://www.les-amis-de-la-ferme-de-bagnolet.com/wp-content/uploads/2016/04/peche-en-normandie-et-amap.pdf

Merci
Danièle, gestionnaire du contrat